72 heures en Cordillère Blanche

Si quelqu’un m’avait prévenu que le trek de Santa Cruz au Pérou, c’était plus de trente kilomètres compris entre 2900 et 4750 mètres d’altitude, perdus en pleine Cordillère Blanche, peut-être que j’y aurais réfléchi à deux fois.

Sauf que naïf que je suis, je préfère toujours voyager avec le minimum d’informations et me laisser surprendre une fois sur place. Simplement car c’est plus drôle comme ça. C’est donc en toute innocence que je planifiai les trois jours pour compléter ce trekking (habituellement réalisé en quatre). Sans guide, car dans les voyages longue durée comme le mien, l’argent est une ressource précieuse ; et sans animaux porteurs, car je ne voyais aucune raison d’imposer à ce pauvre âne les dix kilos de mon sac à dos. Un Allemand et un Hollandais rencontrés quelques jours plus tôt à l’auberge de jeunesse feront l’affaire. C’était donc plus de six heures de marche quotidiennes (9h30 le deuxième jour) qui nous attendaient, à travers des paysages totalement incroyables et éloignés de toute civilisation. Là-bas, c’est la nature qui impose sa loi. Mais en contrepartie, elle vous offre ce qu’elle a de plus beau : monts enneigés, vallées verdoyantes, animaux sauvages, lacs turquoises, plages de sable jaune, forêts humides. La diversité des paysages est à couper le souffle et se couple à des changements climatiques constants : des matinées chaudes et pesantes, des après-midi pluvieuses, de la neige au point culminant du trek (à 4750 mètres, c’est-à-dire cinquante petits mètres en-dessous du Mont Blanc) et des nuits qui vous glaceront toutes vos extrémités (toutes…). Mais le meilleur dans ce genre d’aventure, c’est le sentiment d’accomplissement au bout du troisième jour, lorsque l’on aperçoit le premier village, le premier signe de vie humaine après trois jours de montagne et que vos compagnons de trek vous offrent le high five final.

Kiliaan Deblir

Kiliaan Deblir

Kiliaan Deblir, mais vous pouvez m’appeler Kix. Belge pur-sang de 23 ans, j’ai quitté les contrées plates de Waterloo pour partir à la découverte de l’Amérique du Sud. C’est caméra à la main que je voyage à travers le continent et partage mes différentes expériences à travers ma chaîne YouTube « Kix vous emmène » et ma page Facebook « Kix se casse ».
Kiliaan Deblir

Latest posts by Kiliaan Deblir (see all)

Leave a Reply Text

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Menu Title